Commode Boulle Louis XIV Mazarine attribuée à Nicolas Sageot1 sur 6 photos

Commode Boulle Louis XIV Mazarine attribuée à Nicolas Sageot

120 000 €

A propos de

Exceptionnelle commode dite Mazarine attribuée à Nicolas Sageot, en marqueterie Boulle Louis XIV, composée de cuivre gravé sur fond d'écaille rouge dans des encadrements plaqués d'ébène. Elle ouvre par cinq tiroirs disposés sur quatre rangs et repose sur des montants profilés en console inversée à pan coupé se terminant par des petits pieds cambrés. Le plateau, de forme rectangulaire à angles arrondis, est orné d'un quadrige représentant Apollon sur son char apparaissant au centre d'une composition à décor de grotesques.

Il est animé de nombreux personnages, dont certains en terme ou de profil, empruntés au répertoire de la comedia del arte ou de la mythologie, tels des musiciens, des danseurs, des zéphyrs ou des jeunes satyres chevauchant des boucs, se tenant sous des portiques ou sur des entablements. Des phœnix, des écureuils et des papillons sont posés, ci et là, parmi les rinceaux et les arabesques. L'ensemble du décor est enrichi de corbeilles de fruits, d'attributs et de mascarons. La façade, en arbalète, est ornée plus simplement de motifs récurrents tels des papillons, des profils, des phœnix ou des mascarons.

Les panneaux latéraux, en saillie, sont ornés d'un dais à mascaron rayonnant flanqué de profils emplumés. Elle présente une riche ornementation de bronzes ciselés et vernis telle que : cornière à lambrequins, entrées de serrure à cartouche ornées d'une tête de satyre, rosaces godronnées, poignées de tirage ornées de dauphins accolés, baguettes d'encadrement feuillagées à oves, chutes d'angle ornées d'attributs et sabots de capridé feuillagés. Meuble d'époque Louis XIV, Paris, vers 1700 - 1710.

Nicolas Sageot, reçu Maître en 1706 est né à Samaize-les Bains en 1766. Nous ignorons tout de son arrivée à Paris et de ses débuts, jusqu'en 1698, quand il prend deux alloués. Installé dans la Grande-Rue du Faubourg Saint-Antoine, il y travaille comme ouvrier libre jusqu'en 1706, date à laquelle il obtient sa maîtrise. Sageot fut l'un des premiers à estampiller ses meubles, l'obligation datant d'un arrêt du Parlement de Paris du 5 décembre 1637 (la date de mort de Nicolas Sageot, le 8 janvier 1731, jointe à l'existence d'un bureau signé par lui et conservé dans les collections royales de Suède depuis le XVIIIe siècle, ainsi que la découverte de la date de décès d'Étienne Doirat, associée à la présence d'un meuble, estampillé de ce maître, depuis 1729, dans les collections électorales de Bavière, a permis de démontrer que l'usage de l'estampille était bien antérieur aux nouveaux statuts des maîtres ébénistes de 1743 et enregistrés définitivement en 1751). Nicolas Sageot décède le 8 janvier 1731.

Peu d'œuvres de cet ébéniste sont toutefois estampillées, mais elles peuvent lui être attribuées, par comparaison avec celles portant une estampille. Il s'agit de meubles, notamment des armoires, commodes et bureaux, inspirés de Boulle, en ébène marqueté d'écaille rouge, de cuivre et de corne teintée, dans le goût de Bérain. La production identifiée de Nicolas Sageot, démontrant un atelier particulièrement actif et apprécié du grand public, est intéressante en ce qu'elle reflète le monde des ébénistes spécialisés dans la marqueterie de métal du faubourg Saint-Antoine. Ses marqueteries sont souvent répétitives, ce qui est logique puisqu'il était propriétaire des cartons, mais pas uniformes, et toujours élégantes. Ainsi, le panneau de marqueterie ornant, sur de nombreux exemples, les portes des armoires, se retrouve sur la plupart des côtés de commodes et des plateaux de bureaux. Il mélange à sa guise les éléments qui les composent et, naturellement, fait souvent varier le champ central de ses plateaux de commodes.

La forme de celles-ci varie : si la production de commodes en arbalète fut considérable, nous lui connaissons également nombre de commodes en tombeau, ainsi qu'une série de commodes, plus modernes dans leur structure et bombées en façade. Ses bureaux, à caissons, avec tiroir et éventuellement ventail médian, toujours portés par huit pieds reliés quatre à quatre par une entretoise, sont aussi variés. Il produisit à la fin de sa carrière des bureaux à quatre pieds de biche, dont aucun n'est identifié. C'est peut-être dans les armoires qu'il fit preuve de la plus grande créativité. Il en fit en bibliothèque à quatre panneaux grillagés, à dôme, à panneaux pleins comme celle du musée des Arts décoratifs de Paris, à fronton en arbalète et angles abattus et cannelés à l'image de celle de la donation Grog au musée du Louvre, et à fronton arrondi comme celle des princes de Hohenzollern.

Son chef-d'œuvre est la paire d'armoires, l'une en première partie, l'autre en seconde partie, à portes sur les côtés avec un dôme chargé de bronzes allégoriques, évaluées à 4 000 livres les deux. Celle qui est en première partie appartient aux princes Beloselsky-Belozersky, l'autre est conservée au château de Versailles. Le marché qu'il passa en 1720, portant sur la vente de meubles à Claude-Bernard Prieur, Marchand Mercier suivant la Cour, pour un montant de 16 000 livres, nous donne l'image du caractère actif de son atelier et du prix de ses marchandises. Les grandes armoires à portes pleines et à dôme coûtaient 900 livres pièce, et les bibliothèques grillagées, 500 livres. Le prix des commodes était respectivement de 625, 300 et 250 livres. Celui d'un bureau de travail de cinq pieds de long (162 centimètres) était de 700 livres.

Caractéristiques

  • Epoque :18ème siècle
  • Origine :France
  • Artiste :Nicolas SAGEOT
  • Matière ou technique :Marqueterie
  • Dimensions :109.5 x 76 x 59.5 cm (Largeur x Hauteur x Profondeur)
  • Référence :2800

Etat de conservation

Très bel état

Bibliographie

Le Mobilier Français du XVIIIe siècle, Pierre Kjellberg, Les Éditions de l'Amateur - 2002. André-Charles Boulle (1642-1732), un nouveau style pour l'Europe, Jean Nérée Ronfort, Somogy Éditions d'Art, Paris, 2009. L'Estampille - L'Objet d'Art n° 266, Pierre Grand, Février 1993.

Muséographie

Collection privée.

Voir plus de produits